Image default

À quoi sert le marquage-piquetage sur un chantier ?

L’une des clés de sécurité sur les chantiers de construction est le marquage-piquetage. Obligatoire avant les travaux, c’est un gage de sécurité pour éviter les dommages aux réseaux souterrains et commencer les travaux dans le respect de la réglementation. Il s’applique pour tout type d’ouvrage souterrain. À quoi sert concrètement le marquage-piquetage sur un chantier ? Quels sont les types de marquage utilisés dans la construction ?

Quel est le but du marquage-piquetage sur un chantier ?

Le marquage-piquetage a pour principal objectif d’informer les ouvriers sur l’emplacement et l’existence des points singuliers, des affleurants et des réseaux enterrés sur un chantier. En d’autres termes, cette tâche consiste à faire des tracés et à inscrire des codes directement sur le sol. Les codes, les référentiels utilisés ainsi que le prix des travaux de marquage-piquetage varient selon la nature des infrastructures souterraines.

Entre autres, il peut s’agir des réseaux d’assainissement, des canalisations de gaz, des réseaux de distribution d’eau potable, des câbles de télécommunication et des fils électriques. Le marquage-piquetage est aujourd’hui une obligation pour protéger les réseaux enterrés. En effet, autrefois, les accidents étaient fréquents et on pouvait relever, par exemple, une fuite du système d’assainissement ou une rupture des câbles de télécommunications ou électriques. Ces incidents représentent des risques énormes pour le voisinage, les passants et les ouvriers sur le chantier. De plus, d’autres installations comme les réseaux de gaz sont très sensibles. Le marquage-piquetage assure donc la sécurité des chantiers. Depuis son instauration en 2012, les incidents ont considérablement diminué.

En cas du non-respect de cette loi, cela entraîne diverses sanctions. L’entreprise en charge des travaux devra s’acquitter d’une amende pouvant atteindre 1 500 euros ou plus en cas de récidive. Si les travaux sont réalisés dans un périmètre qui abrite des infrastructures souterraines sensibles, le non-respect de la réglementation sera qualifié de délit pénal. Dans ce cas, l’amende est fixée à 25 000 euros.

Le marquage-piquetage sur chantier

Les types de marquage-piquetage utilisés dans la construction

Les opérations de marquage-piquetage sont faites à la demande du responsable du projet. Cette mesure de prévention concerne également les concessionnaires des réseaux enterrés, les bureaux d’étude, les exécutants des travaux et les collectivités. L’entrepreneur chargé des travaux publics fait appel à une entreprise qualifiée et certifiée avant le démarrage des travaux. La société est spécialisée dans le géoréférencement et la détection des réseaux enterrés.

A lire :   Entreprise spécialisée rénovation : pourquoi débuter avec une franchise ?

Toutefois, le responsable de chantier peut procéder au marquage-piquetage en l’absence de réglementation spécifique. Il suffit d’avoir le matériel nécessaire et l’expertise pour réussir cette opération. Différentes techniques sont utilisées selon la nature du sol où les travaux sont réalisés. Selon les cas, l’entreprise peut utiliser :

  • de la peinture en tube (feutre, crayon gras, craie de trottoir),
  • un traceur de chantier,
  • des piquets en plastique ou en bois,
  • des rondelles d’identification ou des clous marqueurs,
  • des clous d’arpentage.

Toutes ces techniques permettent d’adapter les modalités de représentation au sol aux problématiques environnementales et visuelles.

Comment marquer correctement les réseaux sur un chantier ?

Le marquage-piquetage est une procédure très délicate qui doit se faire selon les règles établies par l’État. La localisation des réseaux souterrains nécessite l’utilisation des machines de pointe et l’examen des documents d’urbanisme. Pour cela, nous vous conseillons de confier l’opération à une entreprise spécialisée dans le géoréférencement et la détection des réseaux enterrés.

Pour marquer correctement les réseaux, les experts doivent faire preuve de rigueur. En premier lieu, ils doivent procéder à l’examen approfondi des plans cartographiques. Ces documents fournissent les informations relatives à la localisation et à la nature exactes des réseaux souterrains du chantier. Ils vérifient également si les informations contenues dans les récépissés de Déclaration des Travaux cadrent avec les rapports des investigations menées.

L’utilisation des matériels de pointe est aussi requise pour faciliter la localisation des réseaux enterrés. En cas de difformité ou d’irrégularité, l’entreprise doit informer le chef projet afin d’obtenir une validation. Cette étape est cruciale pour éviter les malentendus et les confusions relatifs aux méthodes utilisées. Les inscriptions, les symboles choisis et les codes couleurs utilisés ont un sens bien précis et sont définis par la réglementation. Pour chaque réseau souterrain correspond une couleur spécifique. De façon globale, les codes couleur sont définis comme suit :

  • l’orange correspond aux produits chimiques,
  • le rouge pour l’éclairage et l’électricité HTB, HTA et BT,
  • le bleu pour l’eau potable,
  • le jaune met en avant le gaz hydrocarbure et combustible,
  • le violet pour la climatisation et le chauffage,
  • le marron pour l’eau pluviale et l’assainissement,
  • le blanc pour les indications nécessaires au chantier comme les signalisations routières et les feux tricolores.

Les télécommunications et la zone d’emprise multiréseaux sont respectivement mises en avant par le vert et le rose. Après le marquage-piquetage, les experts doivent rédiger un compte rendu. Ce dernier comprend toutes les informations sur les réseaux souterrains, les commentaires sur la nature des infrastructures et les images des tracés. Par ailleurs, afin de garantir la sécurité du chantier, un entretien est obligatoire.

A lire :   Quelques astuces pour choisir un traceur de chantier

À la fin de la journée, il faut vérifier l’état du marquage-piquetage et procéder si nécessaire à son renouvellement. Si vous utilisez les marqueurs ou les bombes traçantes, privilégiez surtout les produits non polluants. Dans le même sens, préférez les consommables qui ne produisent pas assez de déchets.

Balisage sur chantier marquage-piquetage

Marquage-piquetage : pourquoi un bon balisage est-il crucial ?

La signalisation et le balisage sont des éléments clés pour assurer la sécurité du chantier. Ils sont indispensables pour protéger les usagers et les ouvriers, et garantissent de bonnes conditions de travail. De plus, la sécurisation d’un chantier s’inscrit dans une démarche de prévention des risques. De nombreuses solutions sont proposées pour assurer la sécurité de vos employés. Barrages, rubans de signalisation ou barrières de chantier, vous disposez d’un large panel de choix.

Très faciles et rapides à installer, les barrières de chantier agissent efficacement et en toutes circonstances. Les rubans de signalisation peuvent être fluorescents ou réfléchissants et sont visibles par tous. Ils sont également élaborés pour être résistants aux étirements et aux tensions. Les barrages permettent de délimiter un chantier temporairement. Le choix du produit essentiel dépendra de la nature et de la taille du chantier, du type de signalisation et de la fréquence d’utilisation.

Professionnel : comment choisir son fournisseur de fenêtres ?

Anastasia Vernal

Conseils simples pour engager un architecte expérimenté

Timothé Rhéaut

Quelques astuces pour choisir un traceur de chantier

Anastasia Vernal

Laissez une réponse à