Image default

10 biais cognitifs dans votre cerveau qui vous coûtent de l’argent

Nous aimons tous nous considérer comme des consommateurs rationnels. Lorsque nous achetons un produit A plutôt qu’un produit B, nous pensons le faire parce que nous avons soigneusement pesé le pour et le contre prix, qualité, etc. Et décidé que le produit A est d’une meilleure valeur. Et si quelqu’un nous demandait pourquoi nous avons fait ce choix, nul doute que nous pourrions énumérer un ensemble de raisons qui sembleraient parfaitement fondées.

Mais la vérité est que nous achetons parfois pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le produit. Notre cerveau peut nous inciter à faire des choix qui semblent logiques, mais qui ne résistent pas à une inspection approfondie. Ces pièges mentaux sont appelés biais cognitifs.

Les biais cognitifs peuvent sérieusement nuire à vos résultats si vous les laissez faire. Heureusement, en apprenant comment ces biais fonctionnent, vous pouvez mettre votre cerveau en garde contre eux. Voici un aperçu de dix des préjugés les plus courants, et comment s’en protéger.

Les préjugés cognitifs peuvent nuire gravement à vos résultats si vous les laissez faire.

1. Le biais d’ancrage

Pour montrer comment ce biais fonctionne, jouons à un jeu de devinettes. Pensez-vous que l’arbre le plus haut du monde est plus grand ou plus petit que 1 000 pieds ? Dans tous les cas, quelle est la hauteur globale de l’arbre selon vous ?

À moins que vous n’en sachiez déjà beaucoup sur les arbres, vous avez probablement deviné que l’arbre le plus haut du monde est quelque part proche de 1 000 pieds. Peut-être avez-vous deviné qu’il était plus grand ou plus petit; disons 1 500 pieds au total, ou seulement 500 pieds mais dans tous les cas, votre supposition a été affectée par le premier chiffre que vous avez vu.

C’est un exemple du biais d’ancrage, se fier trop à la première information que vous obtenez. Puisque le chiffre 1 000 pieds était tout ce que vous aviez à faire, ce nombre est devenu votre ancre, et votre devinette sur la hauteur de l’arbre était liée à ce chiffre. Sans le chiffre de 1 000 pieds pour vous guider, votre estimation aurait pu être beaucoup plus élevée ou beaucoup plus basse. (Au cas où vous seriez curieux, la réponse réelle est 379 pieds).

Comment ce biais vous coûte de l’argent

Le biais d’ancrage vous coûte de l’argent lorsqu’il vous conduit à juger le prix d’un article en fonction du premier prix que vous avez vu. Par exemple, supposons que vous achetiez un ordinateur tablette. Vous consultez le prospectus des soldes d’un grand magasin local et voyez un modèle marqué en baisse de 500 euros à seulement 150 euros.

Cela semble être un prix incroyable, mais seulement parce que vous le comparez au prix d’ancrage de 500 euros. Si vous faisiez le tour des tablettes similaires et constatiez que la plupart coûtent 150 euros ou moins, cela ne semblerait pas être une telle aubaine. En fait, de nombreux magasins augmentent leurs prix normaux juste avant Thanksgiving pour que leurs ventes du Black Friday aient l’air plus impressionnantes.

Les vendeurs savent tout de ce biais, et ils l’utilisent à leur avantage. Par exemple, certains agents immobiliers s’assurent que la première maison qu’ils montrent à un nouvel acheteur est ridiculement surévaluée. Par rapport à cela, toutes les autres maisons sur le marché auront l’air d’être une excellente affaire.

L’ancrage peut également vous nuire lorsque vous négociez votre salaire. Lors d’un entretien d’embauche, si on vous propose un salaire de départ de 25 000 euros, vous hésiterez probablement à demander 50 000 euros, même si c’est ce que vous pensez valoir. Vous pourriez finir par baisser votre prix demandé à 35 000 euros parce que vous ne voulez pas avoir l’air déraisonnable.

Comment vaincre ce préjugé

La meilleure façon de vaincre le biais d’ancrage est de faire plus de recherches. De cette façon, vous pouvez remplacer ce chiffre initial d’ancrage par d’autres chiffres qui ont plus de sens.

Par exemple, si vous voulez acheter une maison, vérifiez les comps – les prix auxquels les maisons comparables se sont vendues. Cela vous permettra de savoir quel est vraiment le juste prix à payer pour la maison que vous voulez.

De même, avant un entretien d’embauche, faites des recherches sur les salaires de départ typiques. Ainsi, lorsque le patron nommera un chiffre, vous saurez s’il s’agit d’une offre équitable. Mieux encore, tournez l’ancrage à votre avantage en étant le premier à nommer un salaire. Le patron devra alors s’adapter à vos attentes, au lieu de faire l’inverse.

2. Effet d’entraînement

Vous avez probablement entendu l’expression sauter dans le train en marche. Cela signifie suivre la foule au lieu de prendre vos propres décisions. Par exemple, lorsque les modes changent et que tout le monde porte soudainement des jeans serrés au lieu de baggy, c’est l’effet bandwagon.

Dans une certaine mesure, tout le monde fait cela. Par exemple, si vous êtes un homme, vous portez probablement des pantalons au lieu de jupes, car c’est ce que font la plupart des hommes. Si vous choisissiez de porter une jupe, vous vous démarqueriez volontairement. Il est tout à fait normal que les normes sociales affectent notre façon de nous habiller, de parler et d’agir.

Mais parfois, nous suivons la foule même lorsque nous n’en avons pas besoin. Nous choisissons souvent les marques que nous achetons, la musique que nous écoutons, ou même les candidats pour lesquels nous votons parce que d’autres font la même chose. Ces choix ne sont pas nécessaires et, dans certains cas, ils peuvent être nuisibles.

Comment ce biais vous coûte de l’argent

L’effet bandwagon peut vous conduire à acheter des produits qui ne sont pas de la meilleure valeur simplement parce qu’ils sont populaires. Les téléphones portables en sont un bon exemple. Si toutes les personnes que vous connaissez possèdent le dernier iPhone, vous pouvez supposer qu’il vous en faut un aussi.

Mais peut-être qu’un autre téléphone serait un meilleur choix pour vous. Peut-être que vous n’avez pas du tout besoin d’un smartphone. Vous pourriez simplement supposer que vous en avez besoin parce que vous voyez tout le monde en porter. Si vous ne tirez pas une réelle valeur du fait d’avoir un accès constant à Facebook et aux cours de la bourse, ce plan de téléphone cellulaire à 90 euros par mois n’est qu’un gaspillage d’argent.

L’effet bandwagon peut également vous attirer vers des décisions financières peu judicieuses. Par exemple, vous pourriez contracter un nouveau prêt automobile parce que c’est juste ce que les gens font. Vous pourriez économiser beaucoup d’argent en attendant d’acheter une voiture au comptant ou en achetant une voiture d’occasion que vous pouvez vous permettre dès maintenant. Mais à cause de l’effet bandwagon, ces idées pourraient ne pas être immédiatement évidentes.

Comment vaincre ce biais

Suivre la foule n’est pas toujours la mauvaise chose à faire. La véritable erreur est de le faire sans réfléchir. Peut-être que cette nouvelle voiture ou cet iPhone tape-à-l’œil est vraiment le bon choix pour vous. Mais vous ne pouvez pas le savoir si vous n’y réfléchissez pas vous-même.

Avant de prendre toute décision financière, faites vos recherches. Cela vaut aussi bien pour les petits choix, comme l’achat d’une paire de chaussures, que pour les gros, comme l’investissement de votre épargne-retraite. Examinez toutes les options, faites les calculs et décidez du meilleur choix pour vous, pas seulement de ce que tout le monde fait.

cerveau

3. Biais de soutien au choix

Il n’y a rien d’aussi frustrant que le remords de l’acheteur. C’est horrible de regarder quelque chose que vous venez d’acheter et de réaliser que c’était un gaspillage complet d’argent. En fait, nous détestons tellement ce sentiment que nous faisons parfois tout pour nous convaincre que ce n’était pas du tout du gaspillage. Nous trouvons toutes sortes d’arguments pour dire que nous en avions vraiment besoin et que cela valait complètement la peine d’investir de l’argent.

Ce type d’argument est appelé biais de soutien au choix. Il s’applique également à d’autres décisions, et pas seulement aux achats. Par exemple, si vous avez voté pour un candidat, vous êtes plus susceptible de défendre les actions de cette personne en poste. Vous laisser voir que cette personne fait un travail épouvantable vous obligerait à admettre que vous avez fait un mauvais choix.

Comment ce préjugé vous coûte de l’argent

Le problème est que, lorsque vous défendez une mauvaise décision d’achat, vous êtes plus susceptible de prendre à nouveau la même décision. Pour revenir à notre exemple précédent, supposons que vous venez d’acheter un nouvel iPhone. Pour vous sentir bien à propos de cet achat, vous vous concentrez sur tout ce que vous aimez dans ce nouveau téléphone et ignorez ses inconvénients. Lorsque d’autres amis vous montrent leurs téléphones Android, vous remarquez tous les défauts de ces gadgets et non leurs avantages.

Au moment où vous êtes prêt à remplacer le téléphone, vous vous êtes complètement convaincu que les iPhones sont les meilleurs. Vous passez automatiquement à un nouveau, sans prendre la peine de comparer. Il pourrait y avoir un autre téléphone meilleur et moins cher, mais vous ne l’envisagerez même pas.

Ce biais peut également affecter d’autres choix financiers. Par exemple, supposons que vous ayez décidé d’acheter une maison. Malheureusement, c’est un marché de vendeurs en ce moment, et la plupart des maisons sont bien au-delà de votre budget. Vous feriez probablement mieux de louer pendant un certain temps et d’attendre que les prix baissent.

Mais vous ne voulez pas entendre cette idée. Vous avez déjà décidé d’acheter, alors vous soutenez que louer ne fait que jeter de l’argent par les fenêtres. Vous achetez une maison que vous ne pouvez pas vous permettre, juste avant que le marché ne s’effondre enfin. Maintenant, vous êtes coincé avec une hypothèque sous l’eau et des paiements que vous pouvez à peine rencontrer.

Comment vaincre ce biais

Une façon de contourner ce biais est de traiter chaque décision comme une toute nouvelle décision. N’essayez pas de justifier le choix que vous avez fait la dernière fois. Au lieu de cela, concentrez-vous sur le fait de faire le meilleur maintenant.

Par exemple, lorsque le moment est venu d’acheter un nouveau téléphone, partez complètement de zéro, comme si vous n’en aviez jamais possédé auparavant. Regardez les avis indépendants qui peuvent vous donner les faits sur le téléphone qui a les meilleures caractéristiques au meilleur prix.

Souvenez-vous également qu’il est souvent encore temps de revenir sur une mauvaise décision. Par exemple, la décision d’acheter une maison n’est pas définitive tant que vous n’avez pas signé les papiers. Donc, si vous voyez de nouvelles informations suggérant que vous feriez mieux d’attendre quelques années, prêtez-y attention. Il n’y a pas de honte à changer d’avis, surtout lorsque cela peut vous faire économiser des milliers d’euros.

4. Biais de confirmation

De nos jours, beaucoup de gens aiment obtenir leurs nouvelles des médias sociaux. Ils configurent souvent des flux pour délivrer les histoires de leurs sites préférés, ceux qui reflètent le plus leur point de vue.

Le problème avec cela est que les seules nouvelles qu’ils entendent sont celles avec lesquelles ils sont susceptibles d’être d’accord. Comme tout ce qu’ils entendent dans les nouvelles soutient leur point de vue, ils se font l’idée que tous les faits sont de leur côté. Au fil du temps, ils se retranchent davantage dans leurs points de vue parce qu’ils n’entendent jamais l’autre version de l’histoire.

C’est une forme de biais de confirmation, la tendance à ne voir que les faits qui soutiennent les opinions. Les personnes qui ont des opinions bien arrêtées sur n’importe quel sujet, du réchauffement climatique au régime paléo, risquent de bloquer tout fait qui va à l’encontre de ces opinions. En conséquence, elles peuvent passer à côté d’informations précieuses.

Ce biais fonctionne souvent aux côtés du biais de soutien au choix. Lorsque nous voulons croire que nous avons fait le bon choix, nous recherchons des informations qui soutiennent ce choix.

Les biais de soutien aux choix sont souvent utilisés pour des raisons de sécurité.

Comment ce biais vous coûte de l’argent

Lorsque vous devez prendre une décision concernant l’argent, il est logique de faire des recherches approfondies. En explorant le sujet sous tous les angles, vous apprenez ce dont vous avez besoin pour faire un choix judicieux. Malheureusement, le biais de confirmation rend la chose plus difficile.

Par exemple, supposons que vous souhaitiez créer une petite entreprise. Vous partez à la recherche d’informations pour savoir si c’est un choix judicieux. Mais comme ce que vous voulez vraiment entendre, c’est que vous devriez vous lancer, vous recherchez les raisons de créer une entreprise plutôt que les avantages et inconvénients de la création d’une entreprise. Vous finissez par voir un grand nombre d’articles qui vous parlent des avantages de travailler pour vous-même, mais aucun des risques.

Ceci vous nuit de deux façons. Premièrement, vous serez plus enclin à faire le grand saut même si vous n’êtes pas en bonne position pour le faire. Et deuxièmement, vous serez moins bien préparé. Puisque vous n’avez rien lu sur les inconvénients de la gestion d’une entreprise, vous ne saurez pas comment planifier à l’avance pour les éviter.

Comment vaincre ce biais

Le meilleur remède contre le biais de confirmation est de s’ouvrir à plus d’informations. Mettez un point d’honneur à rechercher les infos qui contredisent vos points de vue.

En fait, recherchez les arguments les plus solides que vous pouvez trouver contre les opinions que vous défendez. Ensuite, mettez ces arguments en balance avec ce que vous savez déjà, et voyez quel côté ressort le plus fort. Si vos points de vue sur l’argent (ou sur quoi que ce soit d’autre) ne peuvent pas résister à ce genre d’examen, ils ne valent pas la peine d’être retenus.

5. L’effet de cadrage

C’est l’heure d’un autre quiz. Que pensez-vous de ces deux affirmations ?

Logiquement, la première affirmation est simplement l’opposé de la seconde. Si vous êtes d’accord avec l’une, vous devriez être en désaccord avec l’autre.

Mais dans une expérience décrite les gens ont réagi différemment aux deux affirmations. Plus de 60% étaient en désaccord avec la première, mais seulement 46% étaient d’accord avec la seconde. En d’autres termes, les gens réagissent différemment à la même idée selon la façon dont elle est présentée. Ce biais est connu sous le nom d’effet de cadrage.

Comment ce biais vous coûte de l’argent

Pour voir comment l’effet de cadrage peut façonner vos décisions financières, supposons que vous vous rendiez dans un magasin pour acheter un canapé qui coûte 1 000 euros et une lampe qui coûte 40 euros. Pendant que vous y êtes, vous apprenez qu’un autre magasin propose la même lampe en solde pour seulement 30 euros. Cependant, vous devez conduire 10 minutes pour vous y rendre.

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous direz que cela vaut la peine de faire 10 minutes de route pour économiser 10 euros sur la lampe. Après tout, cela représente 25 % de son coût. Vous détesteriez surpayer la lampe d’autant la lampe n’a pas de prix.

Mais supposons maintenant que c’est le canapé qui est en solde. En vous rendant dans l’autre magasin, vous pouvez l’obtenir pour 990 euros au lieu de 1 000 euros. Pour la plupart des gens, cela ne semble pas valoir la peine de faire le déplacement pour une si petite économie. Après tout, cela ne représente que 1% du coût total.

Le truc, c’est que le montant que vous économisez est le même dans les deux cas. Le prix initial ne devrait pas avoir d’importance ; la seule question est de savoir si cela vaut la peine de conduire 10 minutes pour économiser 10 euros. Mais lorsque ces 10 euros représentent un pourcentage important du prix, cela ressemble à une économie plus importante qu’elle ne l’est réellement. Votre cerveau vous trompe en vous faisant croire que cela vaut la peine de conduire dans un cas et pas dans l’autre.

Comment vaincre ce biais

Cela ne signifie pas que vous devez ou non conduire 10 minutes pour une économie de 10 euros. Cela dépend de beaucoup de choses, comme votre degré d’occupation et le coût de l’essence. Mais c’est une décision que vous devez prendre en examinant objectivement les avantages et les inconvénients. Les autres chiffres, comme les prix initiaux des deux articles, ne sont que des distractions.

Pour battre l’effet de cadrage, supprimez le cadre. Dans ce cas, il s’agit des prix initiaux des deux articles que vous achetez. Mettez-les de côté et demandez-vous : Cela vaut-il la peine de conduire 10 minutes pour économiser 10 euros ? Cela vous donnera une réponse qui fonctionne pour vous, peu importe ce que vous achetez.

6. Effet autruche

Les autruches font des nids pour leurs œufs dans le sol, et de temps en temps, elles y plongent leur tête pour retourner les œufs. Cela a conduit au mythe selon lequel ces oiseaux enfouissent leur tête dans le sable lorsqu’ils sentent une menace. L’idée est que, plutôt que de faire face à une menace, ils l’ignorent et espèrent qu’elle disparaîtra.

Les autruches ne sont pas des oiseaux.

Les autruches n’agissent pas vraiment de cette façon, mais les humains le font souvent. Lorsque nous entendons de mauvaises nouvelles, nous les bloquons, comme si le fait d’ignorer le problème allait le faire disparaître.

La procrastination est un exemple courant de ce phénomène. Disons que vous avez une grosse échéance à venir au travail, et que vous avez encore beaucoup à faire sur le projet. Même s’il existe des moyens d’arrêter la procrastination, vous ne voulez pas penser à la difficulté du projet, alors vous vous distrayez avec d’autres choses, comme les e-mails ou le rangement de votre bureau.

Cela ne fait pas disparaître l’échéance, bien sûr. En fait, plus vous repoussez le moment de vous occuper du projet, plus il devient difficile de le terminer à temps. Ignorer le problème l’aggrave au lieu de l’améliorer.

Comment ce biais vous coûte de l’argent

Il est facile de s’enfouir la tête en réponse à des problèmes financiers. Par exemple, si vous êtes obligé de trouver des moyens de réduire votre dette de carte de crédit, regarder ces énormes factures est difficile. Il semble beaucoup plus facile de jeter les factures directement à la poubelle sans même les ouvrir.

Bien sûr, faire cela ne fait qu’aggraver le problème. Pour chaque facture que vous jetez sans la payer, vous empilez des intérêts supplémentaires et des frais de retard en plus du solde que vous devez déjà. De plus, la société de carte de crédit pourrait augmenter vos taux d’intérêt, ce qui fait grimper le solde encore plus haut.

La société de carte de crédit peut également augmenter les taux d’intérêt.

Après quelques mois, vous commencerez à recevoir des appels fréquents de la banque, ce qui ajoutera à votre stress. Tôt ou tard, votre crédit sera complètement coupé, et vous devrez toujours l’énorme solde.

Il y a un problème avec la banque.

Comment vaincre ce préjugé

Surmonter l’effet d’autruche n’est pas facile. Lorsque votre situation financière semble sinistre, il est beaucoup plus facile de l’ignorer que de faire face aux faits même si vous savez, au fond de vous, que cela ne fera qu’aggraver le problème à long terme.

Il est important de ne pas se laisser abattre.

Pour beaucoup de gens, une chose qui aide est de faire équipe avec d’autres personnes qui sont dans le même bateau. Des groupes de soutien comme les Débiteurs anonymes peuvent les aider à reconnaître leur dépendance au magasinage comme un problème qu’ils doivent régler.

Une fois qu’ils reconnaissent le problème, ils peuvent commencer à prendre des mesures pour le conquérir. Ils peuvent appeler la société de carte de crédit, admettre qu’ils ont des problèmes et mettre en place un plan de paiement pour rembourser ces soldes. Affronter un problème difficile de cette façon est douloureux, mais c’est la seule façon d’améliorer les choses à long terme.

7. Excès de confiance

Supposons que vous jouez à un simple jeu de pile ou face. Si la pièce tombe sur pile, vous gagnez ; si elle tombe sur face, vous perdez. Vous pouvez décider de la somme d’argent à miser sur chaque lancer de pièce de monnaie.

Puisque vous savez que vos chances de gagner ne sont que de 50-50, vous ne parieriez probablement pas très haut. Mais supposons maintenant que vous ayez soudainement une série, en lançant pile six ou sept fois de suite. Cette longue série de chance pourrait vous inciter à parier davantage. Voir pile ou face sortir autant de fois pourrait vous rendre plus confiant dans le fait que cela continuera à se produire même si dans votre tête, vous savez que les chances n’ont pas changé.

Si les gens peuvent être trop confiants pour quelque chose d’aussi simple qu’un tirage au sort, le problème est encore pire dans un jeu qui implique des compétences. Par exemple, lorsque les joueurs de basket-ball font un tir délicat, ils sont plus susceptibles de supposer qu’ils ont la main chaude, c’est-à-dire qu’ils sont sur une lancée et ne peuvent pas manquer un panier. Cela les conduit à tenter des tirs encore plus risqués, qu’ils sont plus susceptibles de manquer.

Comment ce biais vous coûte de l’argent

Si le fait d’être arrogant peut nuire à votre score au basket, il est facile de voir combien de dégâts supplémentaires cela peut faire dans le domaine de l’investissement. Par exemple, si vous placez de l’argent dans une action et qu’elle décolle comme une fusée, vous vous prenez soudain pour un génie de la sélection des actions. Vous ignorez les investissements raisonnables et sûrs comme les fonds indiciels et commencez plutôt à acheter des actions individuelles, en faisant confiance à vos compétences imaginaires pour trouver les bonnes.

Mais même les experts hautement qualifiés ne peuvent pas identifier les meilleures actions tout le temps, et les amateurs ne le peuvent certainement pas. Tôt ou tard, vous pouvez être sûr qu’un de vos investissements à haut risque va faire un flop. Si votre excès de confiance vous a conduit à placer toutes vos économies dans cette seule action chaude, vous pourriez vous retrouver sans rien.

Comment vaincre ce biais

Il affirme que la chose la plus importante à faire pour les investisseurs est de reconnaître ce que vous ne savez pas. Selon lui, de nombreuses personnes fortunées supposent que si elles sont assez intelligentes pour gagner beaucoup d’argent, elles doivent aussi être assez intelligentes pour l’investir.

Mais être un expert dans un domaine ne fait pas de vous un expert dans un autre. Il est plus judicieux d’embaucher un véritable expert pour gérer votre argent afin que vous puissiez vous concentrer sur ce que vous savez vraiment bien faire.

Cela ne vaut pas seulement pour les investissements, mais pour tout type de décision concernant votre argent. Que vous achetiez un téléviseur ou que vous choisissiez un plan d’assurance, il est toujours utile de demander l’avis d’un expert, même si vous ne pensez pas en avoir besoin. La consultation de quelques articles peut vous apprendre des choses sur le sujet que vous ne connaissiez pas auparavant. Avec l’aide des experts, vous pourrez faire un choix vraiment confiant.

8. Biais du statu quo

Les humains sont des créatures d’habitudes. Nous avons tendance à nous en tenir à ce que nous connaissons, même lorsqu’il existe des choix plus récents et meilleurs. Nous voyons tout changement – un autre emploi, une autre maison, même une autre paire de jeans – comme une perte, et nous y résistons aussi longtemps que possible.

Parfois, même lorsque nous ne sommes pas heureux d’une partie de notre vie, nous continuons à nous y accrocher. Par exemple, supposons que vous allez chez le même dentiste depuis plusieurs années. Dernièrement, vous avez commencé à avoir des problèmes avec vos dents des problèmes dont vous pensez qu’ils ne seraient pas si graves si le dentiste les avait détectés plus tôt.

Mais lorsque vous pensez à changer de dentiste, vous décidez que cela n’en vaut pas la peine. Après tout, vous raisonnez, vous n’avez aucun moyen de savoir si vos problèmes sont vraiment la faute du dentiste. De plus, il n’y a aucun moyen d’être sûr qu’un autre dentiste ferait mieux. Mais la véritable raison est que vous ne voulez pas renoncer au dentiste que vous connaissez, même si vous ne l’aimez pas beaucoup.

Comment ce préjugé vous coûte de l’argent

S’en tenir au statu quo peut être coûteux. Voici quelques exemples :

  • Vous vous en tenez à un produit de marque que vous utilisez depuis des années, même si une marque de distributeur serait moins chère et tout aussi bonne.
  • Vous conservez un plan de téléphone cellulaire coûteux auquel vous êtes habitué, plutôt que de passer à un plan de téléphone cellulaire moins cher pour moins de la moitié du prix.
  • Vous conservez un abonnement au câble coûteux que vous n’utilisez presque jamais, plutôt que de passer à un service de streaming moins cher.
  • Vous conservez les mêmes investissements dans votre 401k que ceux que vous aviez lors de la mise en place du plan, même si votre situation financière a changé.
  • Vous laissez de l’argent sur un compte d’épargne qui ne rapporte pratiquement aucun intérêt, plutôt que de commencer à investir dans des actions.

Comment vaincre ce préjugé

Le changement peut être effrayant. Cependant, c’est généralement plus facile si vous commencez petit. Par exemple, si vous voulez commencer à utiliser plus de marques de magasins, ne changez pas tous les produits que vous achetez en même temps. Au lieu de cela, passez un seul produit à la marque du magasin, et une fois que vous vous y êtes habitué, essayez-en un autre.

Une autre façon de surmonter l’effet de statu quo est de penser à ce que vous feriez si vous deviez faire un choix en partant de zéro. Exposez toutes les options, y compris celle que vous avez maintenant. Demandez-vous laquelle vous préférez. Si ce n’est pas celle que vous avez déjà, alors vous savez qu’il est temps de faire un changement.

9. L’erreur du coût irrécupérable

Supposons que vous décidiez de vous mettre au tennis comme passe-temps, vous achetez donc une raquette et commencez à prendre des cours. Après six mois d’entraînement, vous ne vous améliorez pas et vous n’aimez pas vraiment ce sport. Mais vous ne pouvez pas abandonner, car cela signifierait que toutes les heures que vous avez consacrées à ce sport seraient perdues. Vous continuez donc à vous acharner leçon après leçon, en détestant de plus en plus cet instrument.

Dans cette histoire, vous avez été victime du sophisme du coût du soleil, également connu sous le nom de jeter le bon argent après le mauvais. Cela signifie que vous avez dépensé de l’argent ou dans ce cas, du temps pour quelque chose qui s’est avéré être un mauvais investissement. Le choix intelligent serait de faire marche arrière et de réduire vos pertes, mais cela signifierait perdre tout l’argent que vous avez déjà dépensé. Vous continuez donc à y verser plus de bon argent, en espérant récupérer le mauvais argent déjà perdu.

Comment ce biais vous coûte de l’argent

Le sophisme du coût du soleil se manifeste le plus souvent dans les investissements. Voici un exemple évident : vous prêtez de l’argent à un ami pour lancer une entreprise. Après six mois, l’honnêteté est en difficulté, et il n’a remboursé aucun de vos prêts.

Votre ami vous convainc qu’il pourrait remettre l’entreprise sur pied s’il avait simplement plus de liquidités. Il demande un deuxième prêt, qu’il promet de rembourser, en même temps que le premier. Vous n’avez aucune raison de le croire, mais la seule alternative est d’amortir l’argent que vous lui avez déjà donné. Vous faites donc un autre chèque, et vous finissez par perdre deux fois plus d’argent lorsque l’entreprise finit par faire faillite.

Ce sophisme peut également affecter d’autres questions d’argent. Par exemple, supposons que vous essayez d’engager un traiteur pour votre mariage. Vous en trouvez un qui semble correct et vous versez un acompte de 500 euros. Mais vous en trouvez un autre qui propose un menu que vous préférez à un prix bien inférieur. Cependant, passer à ce traiteur signifierait perdre vos 500 euros, alors vous restez avec le premier, même si passer au second vous ferait économiser plus de 500 euros au total.

Comment battre ce biais

La clé pour battre l’erreur du coût du soleil est de reconnaître que ce qui est parti est parti. La seule question qui compte maintenant est la suivante : quelle décision vous coûtera le plus cher à l’avenir ?

Par exemple, si vous avez donné un acompte de 500 euros à un traiteur, cet argent est déjà dépensé, et vous ne pourrez pas le récupérer. Mais si le fait de changer de traiteur vous permet d’économiser 1 000 euros, alors vous en sortez gagnant, même avec la perte de 500 euros. Dans ce cas, le bon choix est clair.

Le premier exemple, le prêt pour l’entreprise de votre ami est un peu plus compliqué. Si vous pensez qu’un prêt supplémentaire pourrait sauver l’entreprise et être rentable à long terme, alors ce pourrait être le bon choix. Mais vous devez vous demander si cela va vraiment fonctionner. S’il n’y a que 10 % de chances que plus d’argent sauve l’entreprise, alors vous avez beaucoup plus de chances de perdre le deuxième prêt que de récupérer le premier.

Dans ce cas, il est plus logique de s’éloigner. Même si vous avez l’impression de laisser tomber votre ami, le prêt ne l’aiderait pas à long terme. Il n’est pas mieux placé pour mettre six mois de plus de sa vie dans une entreprise en faillite que vous ne l’êtes pour mettre plus d’argent. En y mettant un terme, vous réduisez ses pertes ainsi que les vôtres.

10. Le biais du survivant

En vous promenant dans les rues d’une vieille ville comme Athènes, vous pourriez facilement avoir l’idée que les bâtisseurs du monde antique étaient beaucoup plus habiles que les modernes. Après tout, regardez tous ces bâtiments encore debout après des milliers d’années ! Quelles sont les chances qu’un bâtiment moderne puisse durer aussi longtemps ?

Vous regardez autour de vous tous les bâtiments qui ont survécu, mais vous ne voyez pas les innombrables bâtiments qui sont depuis longtemps tombés en poussière. Votre vision du passé est faussée parce que vous ne voyez que ses réussites les plus spectaculaires.

Cette vision tordue du passé s’appelle le biais du survivant. Cela se produit lorsque vous obtenez une image incomplète d’un processus parce que vous ne voyez que les personnes ou les choses qui y ont survécu. Si vous pouviez voir tous ceux qui n’ont pas survécu, comme les bâtiments de la Grèce antique qui ne sont plus debout, l’image serait très différente.

Leçons apprises : Je me suis développée sans principes de base pour me guider !

Leane Delaurme

Laissez une réponse à