Image default

Prolongation arrêt de travail après la fin du précédent, c’est possible ?

Dans le monde professionnel, les arrêts de travail sont parfois nécessaires pour permettre aux salariés de se rétablir suite à une maladie ou un accident. Mais que se passe-t-il lorsque la période d’arrêt prend fin et que le salarié n’est toujours pas en mesure de reprendre son activité ? Est-il possible de prolonger cet arrêt de travail ? Cet article vous informe sur les démarches à effectuer, les conditions à respecter et les conséquences d’une telle prolongation pour l’employeur et le salarié.

Les conditions et démarches pour une prolongation d’arrêt de travail

La prolongation d’un arrêt de travail est envisageable si le salarié n’est toujours pas en mesure de reprendre son activité professionnelle à la fin de la période initiale d’arrêt. Pour cela, certaines conditions sont à respecter et des démarches doivent être effectuées.

Conditions pour obtenir une prolongation

La prolongation d’un arrêt de travail est soumise à l’évaluation médicale du salarié. Le médecin traitant doit constater que l’état de santé du salarié justifie la nécessité d’une prolongation. Il est important de noter que cette prolongation doit être en lien avec l’affection initiale ayant provoqué l’arrêt de travail. Si la situation médicale du salarié a évolué et qu’il souffre d’une nouvelle pathologie, il s’agira alors d’un nouvel arrêt de travail et non d’une prolongation.

Démarches à effectuer

Pour obtenir une prolongation d’arrêt de travail, le salarié doit consulter son médecin traitant avant la fin de la période initiale d’arrêt. Si le médecin estime que la prolongation est justifiée, il établira un certificat médical de prolongation, qui doit être transmis à l’employeur et à la caisse d’assurance maladie dans un délai de 48 heures.

Les conséquences pour le salarié et l’employeur

Une prolongation d’arrêt de travail peut avoir des conséquences tant pour le salarié que pour l’employeur. Il est donc important de bien comprendre les implications d’une telle décision.

Pour le salarié

Durant la période de prolongation, le salarié continue de percevoir des indemnités journalières de la part de la caisse d’assurance maladie, sous réserve de remplir les conditions d’ouverture de droits. Ces indemnités varient en fonction de la durée de l’arrêt et de la situation du salarié (ancienneté, temps partiel, etc.). En complément, l’employeur peut également verser un complément de salaire, selon les dispositions prévues par la convention collective ou le contrat de travail.

A lire :   Pourquoi le fait de gagner de l'argent sur internet est-il de plus en plus populaire ?

Le salarié doit aussi veiller à respecter les obligations liées à son arrêt de travail, notamment en matière de sorties autorisées, de contrôle médical et de démarches administratives.

Pour l’employeur

L’employeur doit prendre en compte la prolongation d’arrêt de travail pour l’organisation de son entreprise et la gestion des ressources humaines. Il peut être amené à réorganiser les tâches ou à recourir à une solution temporaire, comme le recrutement d’un remplaçant ou le recours à l’intérim.

L’employeur doit également maintenir le versement du complément de salaire éventuellement dû au salarié, en respectant les conditions prévues par la convention collective ou le contrat de travail.

prolongation arrêt

Les droits et obligations du salarié durant la prolongation

Pendant la prolongation de son arrêt de travail, le salarié doit respecter certaines obligations, mais bénéficie également de droits.

Les obligations du salarié

Le salarié doit se conformer aux obligations liées à son arrêt de travail, notamment en matière de sorties autorisées et de contrôle médical. Il est tenu de respecter les heures de sorties autorisées par le médecin et de se soumettre à un contrôle médical éventuel organisé par la caisse d’assurance maladie ou l’employeur.

Les droits du salarié

Durant la prolongation de son arrêt, le salarié bénéficie de la protection contre le licenciement. L’employeur ne peut pas licencier un salarié en arrêt maladie, sauf motif économique ou faute grave du salarié sans rapport avec son état de santé. Le salarié conserve également ses droits à la formation, à l’ancienneté et à la retraite.

En conclusion

La prolongation d’un arrêt de travail après la fin du précédent est possible si l’état de santé du salarié le justifie et que les démarches nécessaires sont effectuées. Cette prolongation a des conséquences pour le salarié et l’employeur, et implique des droits et obligations pour les deux parties. En respectant les conditions et les démarches requises, la prolongation d’un arrêt de travail permet au salarié de poursuivre sa convalescence et à l’employeur de gérer au mieux la situation.

Pôle emploi intranet : l’espace de connexion du candidat

Leane Delaurme

Promesse d’embauche sur un mail : c’est valide ?

Christiane Bissaut

Quel est le SMIC en Espagne en 2022 ?

Timothé Rhéaut

Laissez une réponse à