Image default

Parking végétalisé : un pas pour la biodiversité

La tendance des parkings végétalisés prend de l’ampleur dans les régions françaises. Après les toitures vertes, c’est au tour des espaces de stationnement d’accueillir de la verdure. C’est une solution intéressante qui permet d’utiliser à bon escient les eaux pluviales afin d’en tirer le maximum de bénéfices pour la biodiversité. Apprenez-en davantage sur ce concept.

En quoi un parking végétalisé favorise-t-il la biodiversité ?

La technique de création de parkings végétalisés vise à imperméabiliser le sol. Seulement, à l’inverse des méthodes traditionnelles qui entraînent l’appauvrissement de la terre, celle-ci correspond mieux aux enjeux de l’éco-construction. La fondation de caillasse mise en place permet de stocker une grande quantité d’eau de pluie. Les structures perméables créées servent ainsi à digérer les hydrocarbures provenant des pollutions chroniques. L’eau emmagasinée dans les bassins d’orage est bien filtrée avant d’être drainée vers la nappe phréatique pour contribuer à l’enrichissement des ressources hydrauliques.

Les parkings végétalisés participent par ailleurs à la régulation de la température ambiante dans les îlots situés aux alentours. Cela permet la préservation de la biodiversité et améliore le cadre de vie habituel de la population. On retrouve une limitation des risques d’inondation et d’entassement causés par les eaux pluviales. Découvrez plus d’explications sur ecovegetal.com ou auprès de tout autre expert en toitures et parkings végétaux concernant cet aspect. Le système de gazon sur parking contribue à la réhabilitation des fonctions naturelles du sol. L’écosystème du sous-sol retrouve ses forces et peut jouer efficacement ses rôles dans la préservation de l’équilibre de la biodiversité.

parking végétalisé biodiversité

Quelles étapes suivre pour un tel projet ?

La réalisation d’un projet de parking végétalisé se fait en quatre étapes, à savoir :

  • le choix du lieu,
  • l’implantation de la fondation,
  • la protection de la fondation,
  • la répartition des charges.

Le parking végétalisé peut normalement se faire sur tous les sols. Pour vous assurer de la réussite du projet, nous vous conseillons de ne pas étaler le gazon sur toute la surface. Cela permet d’éviter les conséquences que peuvent provoquer les fortes girations sur les structures végétales. Préférez au maximum les systèmes qui alternent dalles et gazons pour maintenir l’équilibre. Pour ce qui est de la phase d’implantation, tout dépend du professionnel qui est chargé du projet.

La majorité des structures conseillent néanmoins la mise en place de sols fertiles pour favoriser la pousse du gazon. On pose tout d’abord le lit constitué de pierres et de sable que l’on recouvre ensuite avec la matière fertilisante. Les racines s’enfoncent rapidement et facilement à travers les couches pour puiser les nutriments et minéraux nécessaires à leur bien-être. L’étape suivante consiste à poser le gazon sur la fondation préparée.

A lire :   À quoi sert le marquage-piquetage sur un chantier ?

Ici, il est primordial d’assurer la préservation des racines qui favorisent la régénération de la verdure sur une longue période. Pour cela, les parois des alvéoles doivent être bien épaisses pour servir de socle solide à votre œuvre. Étudiez par la suite la répartition des charges des voitures sur toute la surface végétalisée. Les poids doivent être répartis latéralement pour réduire la pression exercée sur les zones dans lesquelles le gazon est en contact avec les pneus.

Professionnel : comment choisir son fournisseur de fenêtres ?

Anastasia Vernal

Quelques astuces pour choisir un traceur de chantier

Anastasia Vernal

Comment choisir son entreprise de construction ?

Anastasia Vernal

Laissez une réponse à