Image default

Rupture conventionnelle et création d’entreprise : les démarches en cas de refus

La rupture conventionnelle du contrat de travail est une procédure qui permet à l’employeur et au salarié de mettre fin à leur relation de travail à l’amiable. Mais qu’advient-il lorsque cette demande est refusée et que la création d’une entreprise est en ligne de mire ? C’est la question à laquelle nous allons répondre dans cet article. Lisez attentivement, car cette situation peut sembler complexe, mais ne paniquez pas, nous allons vous la simplifier.

Les conséquences du refus d’une rupture conventionnelle

Lorsque vous envisagez de quitter votre emploi pour créer votre propre entreprise, la rupture conventionnelle peut sembler être la solution idéale. Cependant, dans certains cas, l’employeur peut refuser cette proposition.

La première chose à comprendre est que ce refus n’est pas une fin en soi. Il ne signifie pas que vous devez abandonner votre projet de création d’entreprise. Au contraire, ce refus peut être une occasion pour vous de revoir vos plans et d’explorer d’autres options.

Lorsque la rupture conventionnelle est refusée, il reste encore plusieurs alternatives pour mettre fin à votre contrat de travail, telles que la démission, le licenciement ou l’abandon de poste. Chacune de ces alternatives a ses propres conséquences, que ce soit en termes d’indemnités, de délais ou de droits au chômage.

refus Rupture conventionnelle

Les alternatives possibles à la rupture conventionnelle

Si la rupture conventionnelle est refusée par l’employeur, trois options principales sont à considérer : la démission, le licenciement ou l’abandon de poste. Chacune a ses spécificités et ses conséquences.

  • La démission : Vous pouvez choisir de démissionner de votre poste. Cependant, il faut savoir que la démission ne donne pas droit aux allocations chômage, sauf dans certains cas très spécifiques. De plus, en cas de démission, le salarié doit respecter un préavis, dont la durée dépend de la convention collective applicable dans l’entreprise.
  • Le licenciement : Vous pouvez tenter de négocier un licenciement avec votre employeur, mais cette option est à manier avec précaution. En effet, un licenciement pour faute grave ou lourde donne lieu à une indemnité compensatrice de congé, mais ne donne pas droit à l’indemnité de licenciement ni aux allocations chômage.
  • L’abandon de poste : Cette solution consiste à ne plus se présenter à son travail sans donner de justification à son employeur. Cette démarche peut mener à un licenciement pour faute grave, avec les conséquences déjà mentionnées.
A lire :   Comment créer votre propre entreprise tout en ayant un autre emploi

La création d’entreprise après un refus de rupture conventionnelle

Malgré le refus de rupture conventionnelle, la création d’entreprise reste un projet réalisable. Cependant, il est important de bien préparer cette transition pour minimiser les risques financiers.

Pensez à vous renseigner sur les aides à la création d’entreprise disponibles. Par exemple, l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise) peut être une solution intéressante. Elle permet une exonération partielle de charges sociales pendant un certain temps.

Il peut également être intéressant de se tourner vers les structures d’accompagnement à la création d’entreprise. Elles peuvent vous aider à élaborer votre business plan, à trouver des financements ou à vous former aux spécificités de l’entrepreneuriat.

Conclusion : face au refus, l’adaptation est de mise

Face au refus d’une rupture conventionnelle, il est important de ne pas se décourager. Loin d’être un frein, ce refus peut être l’occasion de repenser votre projet et de l’adapter à cette nouvelle donne.

Plusieurs options s’offrent à vous pour quitter votre emploi et créer votre entreprise, même si elles présentent des conséquences différentes en termes d’indemnités et de délais. Il est donc primordial de bien réfléchir et de se renseigner avant de prendre votre décision.

Enfin, n’oubliez pas que la création d’entreprise, bien que complexe et parfois semée d’embûches, reste un parcours enrichissant et porteur d’opportunités. N’hésitez pas à vous faire accompagner et à vous faire conseiller pour mettre toutes les chances de votre côté.

Obtenir un Kbis : la procédure cruciale pour votre entreprise en création

Emmy Auclaire

13 conseils pour garantir que votre petite entreprise soit payée à temps et dans son intégralité

Leane Delaurme

Subventions aux petites entreprises : Les faits et la fiction

Abigail Bellemaure

Laissez une réponse à